"J'ai rêvé d'un autre monde"

Les architectes, les designers et les bâtisseurs le promettent : les maisons de demain seront connectées, automatisées, robotisées... tous les systèmes seront contrôlables par les habitants ou par un programme informa- tique plus ou moins intelligent. C’est ce qu’on appelle la domotique.

Le programme informatique de gestion de la maison, la centrale domotique, sait déjà gérer les éclai- rages, le chauffage, l’ouverture ou la fermeture des volets de la maison... Il sait détecter le véhicule familial et ouvrir la porte du garage à son approche... Demain la centrale domotique saura ouvrir la porte à un livreur (robotique ?) qui apportera la commande des courses pour nourrir les habitants... Avec l’assistance d’un robot, elle passera l’aspirateur, elle fera le linge et le repassage... elle saura identifier ces mêmes habitants et donc prévenir toute intrusion... On pourrait continuer à allonger cette liste tant les promesses de la domotique sont nombreuses. Globalement, la domotique prendra en charge la gestion de la maison au bénéfice d’un usage durable. Ce seront surtout les humains qui tireront avantage de la domotique : nombre des habituelles corvées seront prises en charge par le système !

Donc, sur le papier, tout semble parfait, pour peu que cette maison produise plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Cette maison « domotisée » deviendra un maillon de la chaîne que sera aussi demain la ville intelligente. Dans cette smart city, la domotique appliquée à grande échelle pourrait ainsi réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement : la ville numérique sera devenue durable. Pour peu que le citoyen s’investisse dans la politique devenue horizontale et participative avec le numérique pour une gouvernance intelligente, on touche au nirvâna ! * Un grand merci à Olivier Parent que vous pouvez retrouver sur www.futurhebdo.com pour plus de sujets innovants.

_______________________ LIRE TOUS LE DOSSIER

Posts à l'affiche
Posts Récents